Le Prince aux lys (sonnet)

(fresque de Cnossos 1500 av. j.c.)

yZn ,<V wanaka kirino #a&nac xri&nwn

Prince of Lilies fresco Knossos

À l’alentour lys épars, échus à ses pieds,

le Prince aux lys séduit de son sortilège

les cuirassiers fiers et leurs coursiers dressés

qu’ils réjouissent en devançant le beau manège.

En pagne embelli d’azur si scintillant

qu’il éblouit les invités, voilà la grâce

d’onyx du bel éphèbe élu, insouciant

du sortilège insinuant Cnossos sans trace.

Devant les murailles aux dauphins ensoleillés,

les vieux augures arrivent à célébrer la joie

du dauphin qui s’incarne aussi aux invités

au mariage à vénérer l’épouse en soie.

Les bien-aimés s’agenouillent et, grâce aux dieux,

sans mot ils s’entrelacent à témoigner leur voeux.

Richard Vallance © 2015,

sonnet révisé ― été publié dans Sonnetto Poesia,

ISSN 1705-4524, pg. 16. Le vol. 6 no. 2, printemps 2007